• Zéba

Quand la liberté sexuelle est une norme, bienvenue chez les Mojo


Une société sans guerre sans rivalité, sans rapport de force entre les hommes et les femmes, vous pouvez l’imaginer ?

Pouvez-vous imaginez une société ou personne n’appartient à son partenaire, ou personne ne doit rien à personne ?


Bienvenue chez les Moso, au pied de l’Himalaya en Chine.

La construction sociale y est totalement matriarcale. C’est-à-dire que les clans s’organisent autour de la mère la plus ancienne ou la plus honorée. C’est un peuple tout à fait particulier tant il a su conserver des habitudes aujourd’hui critiquées par le monde moderne occidentalisé.


Chez les Moso, le couple n’existe pas, la famille se construit au sein du clan. Alors comment procèdent-ils ? Très tôt, la jeune femme possède un lieu où recevoir ses chéris d’une nuit ou de plusieurs années. Personne ne sait qui fréquente qui, tout se fait dans la pénombre. D’ailleurs, pour avertir que les lieux sont occupés,l'amant laisse son chapeau accroché à l’extérieur. Il n’est pas rare que Madame reçoive plusieurs amants dans la même nuit.

Le père, n’a pas de fonction dans la vie de sa progéniture, il ne la connaît d’ailleurs pas. En fait les hommes en à charge les enfants de leur clan. Les oncles s’occupent des enfants de leurs sœurs. Ils représentent l’image masculine et occupent la fonction paternelle, ce que l’on retrouve dans d’autres communautés à travers le globe.


Les hommes et les femmes ont des fonctions bien définies dans la société, sans ambiguïté.

Fait particulier, la jalousie n’y existe et y serait très mal vue. Ce serait considérer qu’une autre personne serait une possession ou que l’on serait dépendant d’une tierce personne, choses inconcevables au sein de cette société. L’homme y est considéré comme un arroseur. Il vient arroser de sa semence la terre fertile de sa douce le temps d’une nuit. Il en jouit et lui offre l’élément manquant pour déclencher sa maternité.


Les mots géniteur et père n’existaient pas au sein de ce peuple il y a peu, et les hommes n’expriment pas le besoin de se sentir père. Leur objectif est d’être les meilleurs hommes et oncles possibles au sein de leur clan. Les relations qui durent dans le temps peuvent être officialisées, l’amant peut alors participer à des repas familiaux. Les mariages sont autorisés et ont lieu de nos jours mais ils ne représentent pas la même valeur qu’ailleurs et surtout ils ne remettent pas en question le mode de vie normal pour le groupe. Tout le monde est libre et le reste.


Ce peuple vous intrigue, vous ressentez un malaise ? Rappelez-vous que dès lors que votre compréhension n’est pas la même partout et en tout temps, elle est issue d’un conditionnement social. Ce peuple est magnifique et je compte bien lui rendre visite un jour. L’humain est la seule espèce capable d’inventer son système de vie et je trouve que la liberté est une très belle version.

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout