• Zéba

Parler de ses projets ou pas?

Mis à jour : 30 nov. 2018


C’est devenu une obsession pour certains, ne jamais parler de ses projets pour éviter de ne jamais les voir s’accomplir.

Mais j’observe que cette croyance existe surtout chez les afro descendants, car chez les occidentaux il n’est vraiment rien, bien au contraire.

Voyons ensemble différents prétextes de cette croyance.


Eviter la jalousie des congénères. J’entends tellement parler des bâtons mis dans les roues pour que ceux qui ont envie d’avancer, n’avancent jamais. Quelques fois c’est une réalité et d’autres fois non, mais ce que je sais, c’est que ce n’est pas une fin en soi. Il est peut-être vrai que nous partons d’une base particulièrement encombrée de bâtons à mettre dans les roues. Mais de toute évidence nous ne possédons pas tous les bâtons de la terre. Pendant une période j’ai regardé beaucoup de documentaires biographiques sur des personnes plus ou moins connues. Force est de constater, qu’elles ont croisé assez de bâtons pour construire un chalet. Ce ne sont pas les bâtons qui décident du succès, mais ta rage de le voir aboutir.


Eviter le mauvais œil. Dans nos communautés, les pratiques liées au spirituel sont encore très présentes, bien que totalement perverties. Les gens ont donc peur qu’en parlant de leurs projets, des personnes mal intentionnées face « le nécessaire » pour qu’elles échouent. La vérité, est que selon une loi universelle, pour que quelque chose se réalise il faut qu’il y ait convergences d’idée et de situation. Je consacrerai un atelier en ligne à cette question.


La peur d’être influencé par des personnes peu constructives. Hé oui c’est le risque, et ce n’est pas très agréable, je l’avoue. Et pourtant cela concourt aussi au succès. Il est évident que du début à la fin de votre parcours, vous ne rencontrerez pas que des personnes qui vous diront "Mais c’est super !" La personne a qui vous en parlerez pour trouver des aides, peut ne pas aimer votre projet, votre banque peut le trouver absurdes et vos clients futurs ridicules. Durant toute la vie de votre projet, vous rencontrerez des oppositions et ce sera à vous de défendre votre bébé, d’argumenter et d’adapter votre discours pour le vendre. Parler aux autres vous permet de développer votre communication, de voir les failles au moins apparentes de votre projet. Donc en fait, si vous réagir de façon constructive, vous saurez vous enrichir de cette opposition.


La peur des copies, ce n’est pas agréable, mais il en est ainsi pour tout succès. J’ai créé une entreprise qui n’existait pas en Guyane il y a quelques années. Les mois d’après, il y avait des petits cousins ! J’avais au moins la preuve que mon idée avait du potentiel. C’était aussi une motivation pour faire encore mieux. Tout concept novateur engendre des petits. Musique, cuisine, émission tv, soirée, stratégie marketing, logiciel, peu importe l’objet, il entraînera toujours une dynamique de compétition. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il n’en vaut pas la peine. Donc la peur du copiage, n’est pas un réel argument, d’autant que votre projet est susceptible d’être copié à n’importe quel stade de sa réalisation. Vous ne connaissez pas les rues avec plusieurs magasins du même type, l’un à côté de l’autre, sans compter celui qui ne pas tarder à ouvrir ?


Certains ont carrément l'air de penser que par un mystère inconnu, juste le fait de dévoiler son projet annule son succès, comme une sorte de malédiction. Comme si l’Univers était à l’affut des rêves à détruire.

Je pense très sincèrement que toutes ces peurs sont liées à notre histoire. Réaliser un projet, c'est sortir du piège du quotidien pour embrasser une nouvelle vie déterminée un peu plus par nous. Je pense que dans nos gênes nous avons cette croyance inscrite que "je ne dois pas parler de mon projet d'évasion, au risque d'être dénoncé au maître". Est inscrit dans notre mémoire collective, le fait que nous pouvons tout perdre du jour au lendemain. Il y a comme une peur de perdre ses mollets (punition pour évasion) avant même d'avoir tenté quoi que ce soit. La définition d'une pathologie, c'est qu'une stratégie qui a eu une utilité à un moment, avec le temps se rigidifie jusqu'à devenir un piège pour la personne même. Je pense que nous en sommes là, piégés par des stratégies qui n'ont plus leurs places aujourd'hui et nous empêchent d'avancer.


Maintenant, il y a-t-il des avantages à parler de son projet ?


Vous vous sentez engagé. C’est une question de dignité, voire d’orgueil. Plus vous parlez de votre projet et plus il est important pour vous de le réaliser. D’autant que les personnes à qui vous en avez parlé reviendront régulièrement vous poser la question sur votre progrès. C’est agaçant quand vous savez que vous traînez, et donc une stimulation de poursuivre. Imaginez votre satisfaction quand vous pourrez dire « c’est fait !»


Votre foi est développée. C’est ainsi, plus vous parlez de quelque chose et plus votre cerveau s’en nourrit et se programme par rapport à ce qu’il entend. Les gens sont rarement conscients de l’impact de leurs paroles sur leurs expériences. Si vous êtes en mode pleurnichard, c’est de la nourriture que vous donnez à votre cerveau. Il ne vous donnera que toujours plus de raisons de pleurnicher. Quand vous parlez souvent de votre projet, vous vivez déjà dedans. Cela stimule votre cerveau qui sera plus vif aux occasions de le faire avancer.


Vous pourrez trouver des personnes qui vous aideront. A force d’en parler vous tomberez sur des personnes qui vous mettront en contact avec les bonnes personnes. Des personnes qui pourront vous enrichir de leurs propres expériences. Votre motivation pourra être rafraîchissante pour certains qui vous le rendront par des services importants. Ces discussions vous permettront de préciser ou compléter votre projet.


Votre succès semblera encore plus légitime. Plus vous en parlerez et plus les gens s’attendront à ce que ce projet voit le jour grâce à vous. En connaissant votre parcours, vos difficultés et votre détermination, elles partageront le plaisir de ce succès qui pour elles sera légitime. Elles seront aussi embêtées que vous si jamais vous vous faisiez « voler » votre idée.


Ce qui détermine principalement la réalisation de votre projet, c’est vous-même. Jusqu’à quel point êtes-vous déterminé à aller jusqu’au bout ? Quelle place occupe le doute dans vos pensées ? Quel pouvoir accordez-vous aux autres dans votre vie ?

Ce sont autant de questions qui doivent être posées avant de rejeter la faute sur les autres. Vous pouvez parler de votre projet, faites seulement en sorte d'en parler avec une dynamique constructive. Vous n'avez rien à prouver, vous êtes là pour évoluer. Il est inutile d'en discuter avec des personnes pessimistes, défaitistes, qui n'ont elles-mêmes jamais rien tenté. Il est inutile d'en discuter avec des personnes qui ne croient pas en vous ou en ce que vous pouvez faire.

C'est à vous de décider, soyez stratégique et libérez-vous du syndrome du mollet coupé...


#traumatismehistorique #faussecroyance #croyancelimitante #afrodescendant

37 vues0 commentaire

© 2020 par ZN 

contact: zeba.nokthua@gmail.com

N° ADELI: 9C 93 0127 1

sasu Z.N. 889 611 612

  • Instagram Zéba Nokthua
  • Facebook
  • Zéba dans le Noir