• Zéba

Les mauvaises ondes



Aujourd'hui sur Instagram j'ai montré des boucles d'oreilles reçues aujourd'hui, et j'ai parlé d'énergie. Dans la boutique de mon site, j'ai expliqué pourquoi je proposais des livres conçus par moi-même, et j'ai parlé d'énergie.

Alors serait-ce un nouveau délire, une nouvelle tendance ?

Non, je m'autorise enfin à vous parler de certaines choses que nous avons perdu avec les temps modernes: l'empreinte énergétique que nous laissons.

Peut-importe les noms donnés, la vérité est une équation. On peut remplacer les lettres par des fruits, l’équation reste la même.

La science y a apporté des termes techniques, mais les peuples anciens y avaient adapté leurs pratiques.

Vous n’êtes pas un élément neutre dans votre environnement, et rien dans votre environnement n’est neutre. Nous vibrons tous de façons différentes et cette vibration est émise dans notre espace.

Vous en avez tout plein d’indices, lorsqu’un objet vous dérange sans raison apparente, quand une pièce vous met mal à l’aise, alors que vous pouvez vous sentir chez vous dans une maison que vous n’avez jamais connu.

Quand vous manipulez un objet vous y laissez quelque chose de vous. Vous pouvez y être plus ou moins sensibles, de la même façon que nous ne percevons pas les odeurs ou les sons, ou les ondes de la même façon.

Mais alors qu’est ce que cela veut dire et implique ?

Chez les peuples anciens, certaines choses ne pouvaient pas faire l’objet d’un achat, ils ne pouvaient être qu’offert. On estimait qu’on y avait passé tellement de temps, qu’on y avait consacré tellement de temps et d’énergie, que c’était réellement un peu de soi que l’on offrait.

Aujourd’hui vous pouvez rencontrer de rares personnes qui, à degré variés, font attention à tout ce qui les entoure et ce qu’elles touchent.

Construire une maison n’est pas neutre, c’est un lieu de vie. Un artisan imprègne chaque matériau de lui-même, et laisse son empreinte dans cet espace qui sera occupé par une autre personne. Auparavant, la construction d’une maison, était bien souvent une affaire communautaire, réglée dans la fête et l’amour.

Dans beaucoup de villages anciens, le repas se fait en famille dans la bonne humeur. Même pour les fêtes il n’est pas question de laisser certaines manipulations à n’importe qui. Et plus la tâche est importante, plus elle est confiée à des anciens, à des sages.

Les gens m’expriment souvent un mal-être dont ils ne discernent pas l’origine.

C’est peut-être votre cas, alors réfléchissez un peu. Je vais vous présenter un tableau catastrophe.

Les aliments qui sont exploités pour vous, le sont de façon industrielle, sans amour, sans passion. Nutritivement, ils sont de mauvaises qualités, ils sont malades. Les animaux, sont stressés, angoissés, élevés et abattus dans des conditions très anxiogènes. Toutes ces hormones restent dans le sang et ne disparaissent pas à la cuisson. Cela veut dire que vous consommez littéralement leur stress.

Puis, très souvent, vos aliments sont cuisinés par une tierce personne. Vous ne connaissez pas sa vie, son niveau d’harmonie ou de bien-être. Elle est peut-être autant stressée que vous par ses conditions de vie, ses factures, ses dettes, ce repas qu’elle doit se dépêcher de faire pour rentabiliser son commerce. Vous commencez à comprendre ? Vous profitez de son savoir faire culinaire mais aussi de sa dysharmonie.

Puis vous rentrez chez vous, peut-être un appartement construit par de tierces personnes dans le même état que les personnes qui ont cuisiné votre repas. Il y a de fortes chances pour que vous ne soyez pas le premier occupant. Je vous laisse choisir l’ambiance des occupants précédant. C’est là que vous passez une partie de vos journées, c’est là que vous vous regénérez la nuit. Sans parler du fait que juste à côté de votre lit dorme une autre personne dans sa chambre. Vous êtes juste séparés d’un mur, elle a aussi sa part de problèmes qu’elle irradie.

Ce sont les soldes, vous vous dépêchez d’aller faire des achats pas cher. Vous savez qu’ils viennent de pays en difficulté. Vous savez que les employés n’ont pas conçu vos vêtements ou vos chaussures dans la joie et la gaieté. Et c’est reparti pour une dose de bad trip.

Effrayant n’est-ce pas ?

C’est pourtant votre quotidien, vous êtes en quelque sorte sous perfusion dépressive.

Si vous aviez des lunettes énergétiques, vous verriez les traces laissées, les vibrations et tout ce dont vous n’êtes pas conscient aujourd’hui.

Ceux qui découvrent le yoga ou autres pratiques zen y trouvent une compensation intéressante.

Les choses ne sont pas neutres, il est important de le savoir pour adapter ses comportements.

Plus vous en serez conscients et sensibles et plus vous ferez des choix différents. Les traces laissées ne sont pas indélébiles, elles sont remplacées par les vôtres. Mais je ne connais pas le temps de ce processus.

Pour votre alimentation, prenez garde à ses choses. Apprenez à faire attention aux personnes qui cuisinent pour vous et à l’ambiance de l’endroit.

Moi je n’y arrive quasiment plus. Je n’en ressens ni le besoin ni l’envie. Et quand j’en ai envie, je ne percute pas sur ce que je vois. Mais quand un endroit, une personne, une ambiance me plaisent, je me régale.

Ces choses ne s’enseignent pas à l’école et peu de personnes vous en parleront. Pour que nos industries tournent correctement, vous ne devez surtout pas y penser…


Et vous, quelle est votre expérience à ce sujet ?

42 vues0 commentaire

© 2020 par ZN 

contact: zeba.nokthua@gmail.com

N° ADELI: 9C 93 0127 1

sasu Z.N. 889 611 612

  • Instagram Zéba Nokthua
  • Facebook
  • Zéba dans le Noir