• Zéba

La vérité sur le déni

Mis à jour : 30 déc. 2018


On m’a proposé d’écrire quelque chose sur le déni, je trouve que c’est un sujet très intéressant.

Le déni est une magnifique stratégie de défense de l’individu. Dénier est à différencier de nier.

Quand une personne nie un acte ou une situation, elle refuse volontairement de l’admettre devant les autres. Elle décide de ne pas en assumer une quelconque responsabilité ou protège quelqu'un et refuse donc de reconnaître quelque chose qu’elle sait.

Dans le cas du déni, c’est l’inconscient qui prend la relève. Cette partie de nous qui agit sans notre consentement, naturellement. C’est-à-dire qu’elle ne se rend absolument pas compte de la situation, même si elle en a des indices. Comme un cheval avec des œillères, elle peut avoir des brides d’informations, mais involontairement, elle sera incapable de les traiter pour qu’une idée claire prenne forme dans son esprit.

La situation peut sembler d’une évidence extrême aux personnes autour d’elle, mais complètement inexistante pour elle-même. Il peut s'agir d'une situation externe, ou quelque chose qui se produit en elle-même.

Il est donc inutile de la brutaliser, ou de la critiquer, elle n’est tout simplement pas consciente de ce sur quoi vous pointez le doigt.


Mais le déni à une grande fonction, celle de protection. Pas contre vous, ou contre la situation, puisque vous vous existez qu’elle en soi consciente ou pas. Cette fonction de protection est pour elle-même.

Cependant, vous l’avez remarqué, tout le monde réclame la vérité, tout le monde dit en tout cas vouloir la connaître. Mais alors pourquoi peu la connaisse ? Pourquoi peut-on avoir les choses sous les yeux sans les voir? tu es peut-être toi-même aussi dans un déni!

Voici quelques indices tirés de mon livre Correspondance coloniale qui traite des relations entre colons et colonisés ainsi que leurs dispositions :

  • La vérité fait peur, parce que tout ce que l'on sait, tout ce que l'on voit a un impact sur notre être.

  • Tu caches naturellement les yeux quand ce que tu peux voir est susceptible de créer une émotion, une réaction à laquelle tu n'es pas prêt ou pas disposé.

  • Le déni te protège de la confrontation avec ton incapacité à réagir.

Donc tu l’auras compris, dans certaines situations, ton cerveau te protège de choses que tu ne pourrais pas gérer dans l’immédiat. La preuve, une fois que tu es prêt(e) tu as cette tendance à regarder en arrière et là tout te semble d’une telle évidence ! Tu te demandes comment tu as pu ne rien comprendre avant. Souvent aussi tu comprends ce malaise interne que tu ne parvenais pas à déchiffrer. Il prend alors tout son sens.


Très souvent, une femme sait quand son mari la trompe, des parents savent quand leur enfant va craquer, vous savez quand il y a une situation de danger à proximité. Mais cette situation demande souvent une prise de risque ou d’assumer certaines décisions, et c’est là que tout se brouille.

Le plus ironique, c’est qu’il est facile de repérer le déni chez l’autre, mais jamais chez soi.


Alors comment faire en sorte d’éviter ce piège ? En étant confiant en l’avenir. Toutes situations mauvaises a un impact sur toi et les personnes de ton entourage. Plus elle dure, et plus les conséquences seront profondes et élargies. Tu n’as rien à perdre en y réagissant. Au mieux, tu ouvres de nouvelles perspectives pour vivre des choses formidables.

N’aie pas peur de ce qui pourrait arriver, n’aie pas peur de ce que tu pourrais perdre. Sois toujours assuré que le meilleur est toujours à venir, pour peu que tu le laisses venir.

C’est en cultivant ce genre de disposition que ton cerveau te laissera accessible toutes les informations. Que ton inconscient n’aura plus la nécessité de te protéger de la vérité.


Car en vrai, la vérité rend libre….

31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout