• Zéba

J'étais enceinte à 15 ans

Maman si tu lis ce post, appelle-moi avant de poursuivre ta lecture..



Je me suis levée un matin, dans l'année de mes 15 ans, avec la sensation d'être enceinte. Plus qu'une sensation, c'était une conviction profonde. C'était horrible! Comment allai-je l'annoncer à mes parents? Comment pourrai-je vivre ce ventre qui s'arrondirait aux yeux de tous? Témoignant de mes "diverses" activités...

J'ai passé la journée à fuir le regard des mes parents et à me poser toutes sortes de questions sur les temps à venir et ma vie en général. C'était un drame.


La seule chose qui m'apaisait, était de me rappeler que j'étais vierge en fait!

Oui je me suis levée un matin avec l'intime conviction que j'étais enceinte alors qu'il n'y avait strictement aucun risque, hormis une deuxième visite de Jésus, que ça se fasse. Je ne saurai vous expliquer ce phénomène. Je n'avais vraiment aucune envie d'enfant, pas de copain et des préoccupations plutôt hors-normes. Cela a duré tout une journée et le lendemain c'était terminé. Je me suis dit "Voilà donc ce que ressent une fille dans cette situation". J'avais l'impression d'avoir vécu une expérience en 5D. Du coup je pouvais remplir une sorte de fiche technique interne sur les émotions possibles dans ce cas.

J'en ai rempli bien d'autres entre temps, j'ai connu pas mal d'extrait de drame et pas juste en sensations. La vie semblait vouloir me donner un aperçu de beaucoup de choses, quelle générosité!

Je n'aurai pas la prétention de dire oui je connais, car chaque personne à sa façon de vivre ses difficultés. En fonction de son contexte et de son passé. Mais je peux être capable de me remémorer les spectres émotionnelles liées à de nombreuses situations.

Je sais donc que tout ce qui ne tue pas ne rend pas forcément plus fort. Très souvent, ça ne te tue pas mais comme un soldat vicieusement stratège, les épreuves peuvent te laisser handicapé à vie.

Je sais donc la différence qui peut exister entre la situation objective, ce que les autres en perçoivent passivement, et la tornade qui peut se déchaîner en toi.

Je sais aussi que tu peux tenir bon très longtemps...au fond du trou. Croire que ça ira et juste tourner en rond au fond de ton puit.


Ce qui est bien, c'est que tant que tu n'es pas mort, tant que l'épreuve ne t'a pas tué, tu peux encore vivre. Quand tu ne sais pas comment faire, il y a une partie de toi qui tente de faire la planche dans cet océan de turbulences. Cette partie fait la planche pour au moins te garder en vie jusqu'à ce que tu apprennes à nager. Jusqu'à ce que tu puisses nager vers la rive.

Je ne sais pas ce qui te submerge aujourd'hui, dans quel océan tu flottes ou depuis quand tu fais la planche. Par contre je peux te dire que tu peux apprendre à nager. Apprendre à te servir de tes bras, de tes jambes, ta respiration, les courants, pour faire de chaque élément de ta vie une force.

Quel que soit ce que tu as vécu ou ta situation actuelle, tu peux considérer que je suis un excellent radeau à proximité. Tout le monde n'a pas cette possibilité, certains font la planche jusqu'à la fin...

Alors commence à respirer, à prendre conscience de ton potentiel, de tes choix. Commence à développer ta confiance en toi et en la vie. Commence à prendre le contrôle et à créer.


74 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout