• Zéba

Coucher ou pas le premier soir?



La grande question qui définit les gens bien et les gens frivoles.

Vous êtes là, face une formidable créature, le feeling est au top du top, l’ambiance est électrique. La séquence de zouk était envoûtante, ou alors vous vous retrouvez seuls comme par enchantement. Et là, vous avez envie de basculer en toute légèreté dans le monde érotique de la force. Et voilà que vous êtes assaillis de tout un ensemble de questions qui s’installent en tenue SM tout autour de vous.

"Non il ne faut pas coucher le premier soir, ça fait fille facile ou Don Juan. Ce n’est pas très élégant, un peu sale. Ça n’inspire pas le respect, c’est donner trop facilement. Tu ne devrais pas."


Comme vous le savez ce ne sont pas les normes et les « on dit » qui m’intéressent mais la vérité! Celle qui se cache derrière, dedans ; les intentions ou la motivation.

Alors nous allons dépasser ensemble ce qu’il est convenable ou pas de faire, pour faire avec conscience et dans le moment présent.


Il y a principalement trois situations qui vous donnent envie d’une personne et je pense qu’elles influencent énormément sur la pertinence de coucher ou pas le premier soir.

1 Le besoin de consommer des personnes. Vous n’en avez jamais entendu parler ? Pourtant la plupart des personnes consomment des personnes. C’est une pratique assez courante pour combler un besoin de valorisation personnelle. Se sentir belle et désirable pour renforcer son estime de soi. Conquérir la gente dame pour se conforter dans sa capacité à plaire et à satisfaire ou juste à posséder (c’est déjà suffisant pour certains). Et là c’est une question d’opportunité, qui veut y passe, qui veut passe. Il y a un mal à soulager, mais les effets secondaires de ce remède laissent une certaine amertume.


2 La peur de ne pas être à la hauteur. Liée aux mêmes émotions que la raison précédente, le désir n’est pas spécialement là, mais bon il ne faut pas se dégonfler. Vous êtes un homme vous devez gérer, vous êtes une femme vous devez assumer. Et puis sait-on jamais, ce pourrait être le grand amour, on a tous entendu une histoire comme ça, alors pourquoi pas. Ici, il y a aussi un mal à soulager. L'intimité est subie, le plaisir limité, la jouissance (si elle existe) est limitée et l'après-coup est aussi amer.


3 Un pont s'est instantanément créé entre vous. Quelque chose à accroché au premier regard, chaque contact a procuré un frisson. Vous n’êtes pas affamé, mais votre appétit est grandement attisé par cette personne. Vous sentez que vous avez quelque chose à vivre là, maintenant. Ce qui vous freine, ce sont vos craintes, la morale, éventuellement les expériences passées, en bref des concepts qui n’ont jamais rendu personne heureux ! Et là vous êtes comme une bête en cage qui hésite à sortir par la porte grande ouverte. J'entends vos rugissements et soupirs d'ici!


La peur, les conditionnements, la culpabilité, peuvent orienter vos choix mais rarement dans le bon sens. C'est être en harmonie avec vous-même qui vous permettra de ne pas être dans les cas 1 et 2 et là, vous saurez assumer le cas 3.


Coucher ou pas le premier soir ? Il n’y a pas de règle générale à appliquer. Là, maintenant, pourquoi coucheriez-vous, ou pas, avec la personne en face de vous. Que voulez-vous expérimenter ? Quelles sont les pensées qui vous freinent, ou celles qui vous motivent ? Sont-elles des pensées qui peuvent concourir à votre épanouissement ? Ou alors sont-elles des pensées liées à des peurs ? Avez-vous envie de fusionner avec cette personne face à vous, ou cherchez-vous à vous envoyer en l’air en vous servant d'elle?


Dans le cas 3, rien ne vous empêche d’en discuter. « J’ai très envie de toi, mais j’ai très peur que cela soit mal perçu » peut être très sexy et donnera une ouverture vers une intimité encore plus authentique. Ecoutez aussi la réponse fuyez si on vous répond un truc du genre « T’inquiète bébé, baiser c’est naturel » vous allez vous faire consommer. Car bien entendu, les 3 cas sont valables pour votre partenaire potentiel, si vous n'êtes pas tous deux au 3, ce peut être problématique...


Faites le tri dans vos pensées, elles peuvent être un indice. Si quelque chose vous dérange chez votre partenaire, soyez à l’écoute de vous-même. Si la situation vous dérange de trop, soyez à l’écoute, inutile de créer des tensions internes. Si vous essayez d’être convenable, soyez libre.


Sortez des clichés et des normes, vivez les choses telles qu’elles sont au moment où elles sont. Faîtes vos choix car il s’agit de votre magnifique vie. Assumez votre choix d’y aller ou pas, parce que vous l’aurez décidé en sachant pourquoi. Rien n’est obligatoire, soyez libre d’agir ou pas, c’est votre attitude qui déterminera la qualité du moment passé et de ce qui en suivra.


#sexualité #educationsexuelle #libertésexuelle

31 vues0 commentaire

© 2020 par ZN 

contact: zeba.nokthua@gmail.com

N° ADELI: 9C 93 0127 1

sasu Z.N. 889 611 612

  • Instagram Zéba Nokthua
  • Facebook
  • Zéba dans le Noir