• Zéba

Ce qu'il faut savoir sur le cunnilingus

A l’heure de la parité, après avoir parlé de fellation, il est naturel que je prenne un temps pour parler de cunnilingus !

Drôle de mot n’est-ce pas ? Composé des mots villes et lécher.

La gâterie de ces dames si (beaucoup trop) longtemps négligée.

Vous savez que j’aime aller au fond des choses, sans jeu de mot.

La question du plaisir féminin est très particulière et trop souvent abordée en surface. Dans cet article, je vais vous révéler des choses que très peu de personnes savent.

On sait aujourd’hui que le plaisir féminin a longtemps été tabou, on parle de machisme, de sexisme et d’autres choses qui ne sont en fait que les conséquences de maux bien plus cruciaux.

Une femme épanouie sexuellement, est une femme qui créé, qui brille, qui mène. L’orgasme féminin est quelque chose de très puissant, certains parlent de féminin ou sexe sacré. D’autres évoquent la magie royale qui passe par la sexualité. Je ne rentrerai pas dans toutes ces choses. Je. voudrai juste dire qu’il y a quelque chose de puissant dans l’orgasme féminin. La femme est un être doué de connexions très particulières. Et c’est bien ce qu’il fallait casser pour que règne d’autres valeurs plus masculines. Mais à travers les peuples et les siècles, la femme a toujours occupé des fonctions sacrées. Elle a toujours été vénérée même dans ce qui vous choque aujourd’hui (voir mon article sur les menstruations).


Maintenant que le cadre est posé, il est évident que couper la femme de sa force sexuelle, c’est couper les cheveux de tous les Samson pendant des siècles.

Les croyances ont changé sur la sexualité féminine avec l’arrivée du christianisme en occident. Stratégie première pour exterminer toutes sources spirituelles rivales afin de renforcer l’impact d’un système naissant. Druides, sorciers, chamanes ont été les premiers à être éradiqués lors des colonisations et croisades.

La femme ? La stratégie a été très simple pour rapidement prendre le contrôle de son pouvoir : son sexe est à ‘l’origine de l’humanité = Son plaisir est péché = une femme qui éprouve du plaisir est mauvaise.

Lorsque que le clitoris (oui, autre bizarrerie de vocabulaire) est régulièrement sollicité il est alors plus apparent. Oui il préfère rester à disposition au cas où quelqu’un aurait besoin de lui. Donc rapidement, en lien avec la chasse aux sorcières, une femme avec un clitoris « trop » apparent, pouvait sur ce seul fait être accusé d’être une impure, une pêcheresse, une sorcière et était condamnée au bucher.

Vous en savez maintenant beaucoup plus sur la vraie histoire de la sexualité féminine.

Vous savez pourquoi, ces derniers siècles, les femmes n’avaient pas doit au plaisir. Et donc pourquoi un homme n’avait aucun intérêt à aventurer autre chose que sa verge. D’autant que la femme n’a nul besoin d’être excitée pour procréer.

C’est donc un inconscient collectif de plusieurs générations qu’un homme dépasse quand il part à la conquête du plaisir de sa partenaire.

On l’entend dans certaines chansons, un vrai homme ne suce pas les chattes. Voici ce que disent encore les hommes encore aveuglés.

Mesdames, Messieurs, je vous présente la chatte, le minou, foufoune, le paradis, l'oasis, l'antre des plaisirs, une magnificience pour qui sait s’extasier devant les splendeurs de la nature. Ce n’est pas l’objet du mal mais l’objet de la création et l’homme a le feu pour mettre en fonction une arme de création massive !

Maintenant que tout le monde se connaît, nous pouvons travailler à ce que tout le monde utilise le bon langage.

Vous savez que j’aime que mes articles soient courts, alors que je vous donne rdv à samedi prochain pour les questions pratiques.

49 vues0 commentaire

© 2020 par ZN 

contact: zeba.nokthua@gmail.com

N° ADELI: 9C 93 0127 1

sasu Z.N. 889 611 612

  • Instagram Zéba Nokthua
  • Facebook
  • Zéba dans le Noir