top of page

Allez tous vous faire voir!


C'est une phrase que j'ai beaucoup dit ces derniers jours. Je l'ai dite seule, et je l'ai dit à ma mère, à mon père...

Oui allez tous vous faire voir, autant que faire se peut.


Le mensonge de ma vie

Les gens ont toujours tendance à penser qu’une femme aussi libre et épanouie a forcément un parcours parsemé de bonheur et une base favorable à un tel épanouissement. J'ai beaucoup contribué à ce mensonge en restant très discrète sur ma vie. Souvent sage, dans la retenue, une enfant bien éduqué, je n'ai pas fait de vague. Nous étions une famille bien. Aujourd'hui je suis une femme polie, souvent dans la retenue, même si ma forte énergie et le feu qui brûle en moi peuvent effrayer les gens sans même me connaître.


Ma vraie histoire

Depuis nombres d’années on m’incite à écrire mon livre. Partager mon histoire aux personnes à qui elle pourrait être utile. J'y ai toujours été réticente. Premièrement parce que je ne savais pas par quoi commencer tant j’avais de choses à dire. Fallait-il le faire en plusieurs livres, par thème, par période? Deuxièmement et surtout, je considérais que mon histoire ne concernait pas que moi. Je ne voulais pas impacter d’autres vies, alors je m’abstenais de parler de mon parcours. Trop gentille la fille...

Dernièrement j'ai réalisé à quel point j'avais investi de l'énergie à préserver des personnes qui ne s'étaient jamais soucié de ma protection. Je pourrais dire que c'était pas amour mais je ne peux pas me le permettre car je dis souvent aux personnes que j'accompagne:

Même Jésus a dit d'aimer son prochain COMME soi-même. Et ce "comme" a une importance cruciale. Tu ne peux pas aimer plus que toi-même. Si tu le fais, saches que ce n'est pas de l'amour mais bien d'autres choses.

Alors non, je ne les préservais pas par amour mais par connerie (disais-je un temps), peut-être par "Stockholmisme", très certainement par vulnérabilité. La vulnérabilité d'une enfant brisée dès ces premiers mois de vie car jugée trop caractérielle. Une éducation rigide, voire violente brise un enfant, brise sa capacité à se protéger plus tard. Failure system, mon logiciel source a été corrompu dès le départ.


Aujourd'hui qu'il est restauré (ou en tout cas, assez pour que je réalise) je suis moi-même effrayée de ma vie et de ce que j'ai pu y accepter.


Et aujourd'hui que je suis réellement libre de beaucoup de choses et de ces personnes, je peux partager. Libre d'être pleinement moi, avec mon histoire.

De toi à moi, j'avais l'impression d'être dans une certaine forme de fausseté. Le rendu final de ce que je partageais ne me semblait pas authentique.

Alors je vais être vraie avec toi.


Ces traumatismes

J'ai eu la chance d'avoir le malheur de connaître 4 types d'abus:

L'abus psychologique;

L'abus physique;

L'abus sexuel;

L'abus spirituel.


L'histoire que je vais partager s'étale d'avant ma naissance à mes 30 ans. Je vais y partager mes expériences, leurs impacts sur ma vie et surtout comment je me suis soignée.

J'espère très sincèrement que ce partage permettra à d'autres personnes de prendre conscience de leur vécu, et de ce qui se joue réellement dans leur vie d'adulte. Qu'elles comprennent qu'on ne peut pas vivre le meilleur dans nos relations si l'on ne se soigne pas déjà. Après le soin, il y a la restauration de qui nous sommes vraiment, et ensuite la rééducation comme pour les traumas physiques.


Cette histoire je vais la partager dans un livre. Au fur et à mesure de la rédaction de ce livre je partagerai des brides sur mon blog (en accès exclusif dans mes confidences). Cela te permettra de vivre ce processus avec moi, me faire des retours et grandir aussi.


Comment se relever d'abus relationnels, retrouver confiance en soi et s'épanouir?

Je veux que tu te serves de mon vécu pour toi aussi te libérer et oser l'épanouissement. Dans toutes mes discussions je me rends compte que les gens n'ont absolument conscience de l'impact de leur passé. Ils veulent de belles relations avec de belles personnes, être des parents formidables, tout ça, tout ça. Tu ne peux pas cuisiner le meilleur plat dans une marmite contenant un reste de cassoulet brûlé.

Je peux même être gênée des services que je propose à ces personnes qui veulent rencontrer l'amour et mise tout sur un éventuel bonheur à deux. Et je suis embêtée, quand on me parle de difficultés dans le couple, quand on point du doigt l'autre. Parce que je sais, tout au fond de moi, que le vrai problème et la solution, ce sont les gens eux-mêmes. Je sais très bien, que si ces personnes ne se restaurent pas de leurs passées, elles se condamnent à des relations toxiques ou sans saveur.


Voilà en quelques mots, une grande décision de ce mois de mars. Mois dédié au dieu de la guerre...


Ps: abonne toi pour être informé.e des prochains articles.

33 vues3 commentaires
bottom of page