top of page

Alerte situation d'abus: Je pensais que tu allais aimer



J5, une nouvelle situation d'abus sur laquelle je dois t'alerter!

Parlons sexualité aujourd'hui.

Une personne t'a t-elle déjà fait quelque chose que tu ne souhaitais pas en te disant "Tu vas aimer, laisse toi faire"?

Hé bien permets moi de te dire que personne ne peut décider de t'imposer quelque chose sous prétexte qu'elle sait mieux que toi ce dont tu as besoin


Les situations de non consentement camouflées

Il y a les plusieurs versions, plus ou moins séduisantes.

La première c'est la personne qui insiste pour un acte sexuel alors que tu n'en as pas envie. Elle va alors tenter de te convaincre, palabrer, tenter d'avancer dans son projet. Son argument est que tu vas aimer et que ça va être bien. Mais non en fait, une personne n'a pas à te convaincre que tu devrais accepté tel acte sexuel. Dès lors qu'il faut discuter, argumenter, convaincre, il y a un souci dans ce qui est en train de se jouer. La personne tente de te convaincre, de te séduire pour ses propres intérêts. Dans une relation sécure, l'acte est pleinement validé par les partenaires. Parlementer, c'est tenté de passer au-dessus des limites posées, c'est tout simplement de la manipulation pour obtenir un bénéfice.


La deuxième version, intervient après l'acte:

A ce moment on te dit "Je pensais que c'est ce que tu voulais" et puis c'est sensé passé crème. Un acte non voulu, non partagé, une seule personne est satisfaite et elle affirme qu'elle agissait dans l'intérêt de tous.


Il y a aussi la version plus romantique:

C'est parce que je t'aime que je fais ça,

C'est parce que je te désire fort,

C'est toi qui me mets dans cet état

La personne perd le contrôle sous ton charme, combien de personne ont joui à la fin? Elle seule. Elle est dans dans son univers de "passion" dans lequel tu es un sujet au service de sa satisfaction.

L'histoire aurait pût être sympa, mais non, car une personne ne peut pas disposer de ton énergie sacrée, de ton corps, de ta semence, pour son plaisir personne.

Tu as le droit de ne pas vouloir ça ou autre chose. De ne pas vouloir maintenant ou plus tard. De ne pas vouloir avec cette personne. C'est ton droit et c'est ok.


Comment réagir quand tu ne désires pas un acte sexuel?

Tu te casses!

L'éducation voudrait que tu ne fasses pas de vague, allé on prend sur soi. Ou alors on se questionne, on prend la responsabilité, on culpabilise.

La seule responsabilité que tu as, est de te lever et de quitter les lieux fasse à une personne qui ne respecte pas ton intégrité physique.

Tu te dois d'affirmer clairement que tu ne veux pas, sans même avoir à te justifier. Tu peux avoir une réaction aussi forte que tes émotions. Tu te dois d'être aussi engagé dans ton "non" que l'autre personne l'est dans son "je veux". Et ensuite, non, ce n'était pas une chose anodine, tu ne peux pas dire que ce n'était pas grave, ni même pas si grave que ça.

Une fois un homme m'a dit, le lendemain d'un acte non consenti "Je pensais que ça t'aurait plu d'être bousculée", l'histoire a fini au tribunal pour viol, parce que c'est ce dont il était question. Et là c'était le début de ma révolution...


Ps: tu peux recevoir gratuitement un questionnaire sur les signes d'abus relationnels dans ta vie en cliquant sur le bouton ci-dessous.






34 vues1 commentaire

1 Comment

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
Guest
Jan 06
Rated 5 out of 5 stars.

Top

Like
bottom of page